Les mains ouvertes, mon coeur. Je peux avoir un océan de peine mais rien ne peut m'abîmer. Si tu dois, choisis pour le mieux,  trouves le petit espace de paix en toi. Prends position pour aujourd'hui et rencontre le vent. Fais-toi confiance mais fais aussi confiance à chacun, Stéphane, moi, Léonie et Lucine. Chacun a les ressources qu'il faut pour avancer sur son chemin. Au-delà d'un certain seuil, tu ne peux prendre la responsabilité de personnes.

Et si tu te présentes au grand vent, la seule façon de ne pas le laisser t'emporter, te charirer, c'est de le laisser simplement te traverser en demeurant présente au coeur de toi. Présente et bien enracinée au coeur de cette sécurité qui t'habite déjà depuis tellement longtemps.

Ne résistes pas devant la tempête, si tu peux, évites même toute réaction. Accueilles-la, embrasses-la complètement. Peut-être même que c'est elle qui indiquera le chemin à prendre à partir du fond de ton être.

Aucun pression mon coeur, ne te mets aucune pression.

Je permets à la paix, à la sérénité et à la confiance de toucher chacune de mes cellules pour que, par notre pont de lumière, elles rejoignent, alimentent tout et rayonnent au coeur de tout ton être.

Mon souhait est très simple: si un jour tu viens vers moi, si un jour je viens vers toi, si un jour nous nous retrouvons ensemble, je souhaiterais que ce soit dans la liberté, c'est-à-dire que tu aies conquis ta propre liberté pour que, idéalement, il n'y ait pas de corde qui te ramène par en arrière. Ce qui peut vouloir dire, bien sûr, de préserver chacun des liens avec toutes les personnes qui te sont chères, mais sans avoir la sensation d'une quelconque culpabilité. C'est un idéal que je porte. C'est peut-être le chemin vers l'Impossible... mais chaque chose en son temps, en tentant de s'installer dans la paix pour faire chaque pas même si cela pourrait, pendant n certain temps, exiger de demeurer dans la paix au coeur de la tempête. Pas de pression mon coeur, ce n'est pas nécessaire. Chaque chose en son temps.

Je demeure uni à toi dans la liberté, dans l'amour, dans cet espace d'amour universel qui continue de se déployer en chacun de nous et entre nous.

Et si tu dois couper, coupes simplement sans crainte de mettre à mal notre relation.

Encore une fois, je me place dans ce lieu, dans cette attitude, dans ce moment présent où je n'attends rien, où  je m'ouvre à tout... je garde les mains ouvertes.

Fais pour le mieux Julie, fais confiance à ton instinct mon coeur. ne t'obliges à aucune action précipitée.

Pas de pression, pas d'oppression... avec douceur, avec bienveillance pour toi-même en premier, laisses-toi trouver doucement le chemin.

Si Stéphane continue de faire une forme de chantage avec la question du suicide, bien sûr que ce serait plus sage de contacter un organisme d'aide pour toi d'abord. Si lui trouves qu'il n'est pas assez "fou" pour consulter, peut-être pourrais-tu le faire pour toi?..

Je t'embrasse tendrement, JE T'AIME JULIE, JE T'AIME MON COEUR.